ACCUEIL 13 GRIS.jpg
PEINTURE 13 GRIS.jpg
BIOGRAPHIE 13 GRIS.jpg
CONTACTE 13 GRIS.jpg




Georges Artaud (1947) est un guetteur d’ambiance. Quelle que soit la technique, quel que soit son sujet, il ne pose que   l’essentiel sur son support : la lumière. En quelques coups de couteaux chargés de matière,apparaît sur la toile celle, nébuleuse, des bords de Charente ou celle feutrée d’un intérieur dans lequel il fait bon lire son journal. Le pastel est plutôt réservé à traduire la fragilité transparente des fleurs et le calme des paysages chargés des harmonies de printemps ou d’automne. Quant à l’aquarelle, elle occupe une place de choix. Cette technique n’est pas seulement une « Petite voix fluette couverte par l’orchestre de la grande peinture, » comme l’écrit José de Los Llanos dans son remarquable ouvrage sur
le sujet.

Georges Artaud la sert avec modernité, mais conscient de la tradition qu’elle véhicule. La modernité se manifeste par la touche libre qu’il pratique et les accidents dont il sait tirer parti. La tradition persiste dans sa pr écision de touche. Ses œuvres sont un subtil mélange de finesse et d’enlèvement.

Georges Artaud consacre une belle part de sa création aux fleurs. À l’aquarelle ou au pastel, il les croque avec la passion de l’observateur attentif de la nature qu’il est. Il les brosse avec raffinement et justesse, ce qui lui confère le don de consacrer toute la beauté du monde végétal en une seule fleur.
Tout en suggérant la présence humaine, ses autres sujets évitent les figures. Ce sont des paysages campagnards ou urbains, des bords d’eau et de mer, quelques natures mortes de fruits classiques dans leur inspiration, et anecdotiquement certains sujets plus atypiques, comme des paires de chaussures ou des bouteilles plastiques dans un sac du m ême matériau transfiguré par la magie de l’art de Georges Artaud en moderne drapé.

Si l’habileté dont fait preuve cet artiste est indéniable, on est subjugué par son exceptionnelle maîtrise de la lumière. Qu’il s’agisse d’un soir au bord de la Charente, d’un toit de Paris sous la pluie, d’un bateau
abandonné sur la grève, de pavés mouillés ou d’une simple barrière moussue entre deux champs, jamais aquarelle n’est apparue aussi lumineuse, aussi enlevée. Souvent servies par un premier plan d’une netteté impeccable et un arrière plan qui privilégie le flou et l’évasion, les œuvres de Georges Artaud témoignent d’une puissante et solide élégance dans laquelle se noie avec plaisir le spectateur.
 
On ne peut que succomber à leur charme. Par matière et couleur, elles distillent une énergique délicatesse avec laquelle il fait bon vivre.

Alain Coudert, chroniqueur d’art à Arts Actualités Magazine
RETOUR.jpg
B I E N V E N U E   S U R   L E   S I T E   D E   G E O R G E S   A R T A U D
GEORGES ARTAUD
Puissance et élégance